RENCONTRE AVEC PAUL LEMAIRE, L’ICONE SAINT LAURENT.

paul-1

Il y a déjà quelques années que je repère Paul Lemaire sur la toile. Bien avant qu’Hedi Slimane ne jette son dévolu sur le jeune mannequin parisien pour en faire sa muse le temps d’une campagne Saint Laurent. D’un premier rendez-vous raté sur Paris, j’écris sur le blog et vous conseille déjà de le suivre sur son compte Instagram. C’était il y a plus d’un an, avant que la folie Saint Laurent lui tombe dessus. La tête placardée dans tous les mags et sur les billboards américains, je me dis : « ça y est, plus moyen de l’approcher le beau Paul… ».  Jusqu’à mon nouveau passage sur la capitale Parisienne et ce rendez-vous au bistrot  de la galerie Vivienne.
Pour SKINKED, Paul Lemaire raconte tout de son parcours.

C’est autour d’une bière dans un bistrot Parisien que je rencontre Paul, 24 ans. Originaire de Perpignan, le jeune homme débarque sur la capitale française à l’âge de 21 ans boosté par sa maman qui voit en lui ses talents de mannequin. Rapidement, il fait quelques tests photos avec des amis et se fait repérer par des agences de mannequinat. Ce n’est pourtant que quelques années plus tard qu’il fera, ce qu’il décrit lui-même, comme étant une rencontre poignante dans sa vie et une rencontre décisive pour sa carrière. Maud Yeddou, agent R Agency sur New York, repère le style atypique de Paul et le fait venir sur LA. Une fois sur place, Paul enchaîne les séances photos. C’est lors de l’une de ces séances que Paul reçoit un appel de son agent. Maud lui demande de quitter la séance immédiatement et de se rendre à un casting à l’autre bout de la ville… avec monsieur Hedi Slimane himself! Après un entretien de 20 minutes, quelques tests photos et essais tenues, une attente interminable de 3 heures, le verdict tombe : Paul est pris pour la prochaine campagne Saint Laurent shooté, comme à son habitude, par le directeur créatif lui-même.

Paul parle de cette campagne comme l’un de ses plus beaux souvenir. C’est dans un hôtel de LA que tous les mannequins de la campagne se sont retrouvés pour passer la semaine ensemble. Le jour du shooting, Paul s’impatiente dans sa chambre d’hôtel à attendre que son tour arrive… Le jeune homme décide donc de se pointer sur le set dans l’espoir de se faire remarquer. Ce qui fonctionne rapidement et Paul peux enfin exprimer sa personnalité devant l’objectif d’Hedi Slimane. C’est en l’espace d’une après-midi que les trois photos tirées de la campagne seront faites. D’Hedi Slimane, Paul en garde un souvenir ému. Naturellement touché par son départ de la maison Saint Laurent, Paul lui en est reconnaissant pour la chance qu’il lui a donné d’être sur le devant de la scène et de lui avoir permis de créer des liens forts avec toutes les personnes présentes sur le set.
De retour à Paris, l’effet Saint Laurent ne se fait pas attendre : il enchaîne les éditorials pour GQ, Lui, Hercules, Vogue IT ou Wad Magazine. Le mannequin se retrouve sur toutes les pages de papier glacé des magazines mode.

paul-2
paul-3
paul-4
paul-5

Celui qui ne peux se passer de sa cigarette du matin, avoue qu’il est tombé tôt dans le tatouage. Avec un papa qui l’initie rapidement à l’univers du rock, Paul est vite passer sous l’aiguille. Aussi, il se rappelle de la pochette de l’album du groupe Good Charlotte où le groupe s’y affichait avec le corps tatoué de la tête aux pieds. C’est à ce moment qu’il se dit vouloir être tatoué aussi… à l’âge de 8 ans! Le jeune homme, surnommé le fils spirituel de Kurt Cobain par I-D Magazine, puise son inspiration pour ses tattoos dans les cultures reggae, britannique, skinhead ou encore dans le courant du Commedia dell’arte. Quand je lui demande le tatouage auquel il est le plus attaché, le jeune homme me répond : « Camille », le nom de son grand père aujourd’hui décédé.

Paul ne sort jamais sans son appareil photo. Il s’est découvert une passion pour la photographie en prenant des portraits de ses amis et proches qui l’entoure, notamment lors de son séjour sur LA. Une passion qui l’emmène également à immortaliser ses expériences et son parcours dans le monde du mannequinat mais aussi sur les plateaux de tournage. Loin de penser à une reconversion, Paul avoue être très attiré par le cinéma. Il a d’ailleurs tourné récemment dans un court-métrage d’Antoine Camard qui raconte l’histoire de deux jeunes dans un village paumé en Picardie à la recherche d’un moyen de pimenter leur vie. Une expérience que Paul souhaite renouveler rapidement.

Humble et la tête sur les épaules, Paul en profite pour me demander si il peux prendre l’occasion de remercier ceux qui lui sont chers : sa maman qui l’a poussé à se lancer dans cette carrière qu’il kiffe de jours en jours; Sylvie, son premier agent avec qui il garde de très bons souvenirs; et enfin Brieuc Larsonneur, son meilleur ami, qui l’a présenté à celle qui fut la rencontre déterminante dans sa carrière : Maud Yeddou.

Saint Laurent ou pas, Paul garde les idées claires, les pieds sur terre et reste fidèle aux siens. Je le répète, suivez-le de près, vous risquez d’en entendre parler encore pour un bon bout de temps.

Suivez Paul Lemaire sur son compte Instagram et sur son blog photo.
Photos exclusives pour SKINKED. Photographies par Antonio EUGENIO





THANK YOU <3

•••
Hello à tous! Je tenais à vous écrire quelques lignes pour vous remercier de votre fidélité durant cette belle aventure appelée SKINKED. ...