Bonne barbe, chevelure à en rendre plus d’un jaloux et tatouages sur une bonne partie du corps, semble être la recette gagnante pour être sur le devant de la scène du mannequinat. C’est en tout cas grâce à son look d’hipster à la française et sa personnalité que Samuel Lhermillier est passé de son ancien métier de plombier à modèle en pleine ascension. Au détour d’un verre sur la terrasse du Palais de Tokyo, interview avec le jeune homme.

Bonjour Samuel. En quelques mots, qui est-tu? Comment est-tu arrivé dans l’univers du mannequinat?

Figures toi, il y a encore quelques mois, j’étais plombier. Je suis plutôt de nature réservé et même si on me disait souvent « Tu devrais faire de la photo », j’ai longtemps hésité avant de sauter le pas. Jusqu’au jour où un photographe, qui recherchait un gars avec mon look, m’a sélectionné pour un shooting. J’y croyais pas vraiment. Je n’avais jamais vraiment fait de photos auparavant et me voilà moi, sélectionné parmi tous ces modèles professionnels. Ca m’a donné un peu de confiance, je me suis dit que finalement je ne risquais rien de tenter le coup.
Avec quelques photos sous le coude, j’ai décidé à me créer un compte Facebook.  C’est dingue, mais ça été un véritable moteur qui a lancé ma carrière. Très rapidement mes photos on été partagées et j’ai eu pas mal de propositions de petits jobs.

Passer de la plomberie au mannequinat, ce n’est pas anodin! Ca n’a pas dû être évident de passer d’un monde à l’autre?

En effet, ce n’a pas été simple. J’ai eu la chance d’être épaulé par un photographe remarquable, Patrice Berchery, qui m’a propulsé sans rien me demander en retour. On a fait un shooting ensemble, il a montré les photos à une agence sans m’en parler et j’ai rapidement signé avec cette agence. 

Ça me fait plaisir de ne plus avoir les mains écorchées dû à mon ancien boulot de plombier!

Les événements se sont très vite enclenchés pour toi?

Oui, en effet! J’ai travaillé récemment sur une campagne Chevignon. Prochainement, je compte partir sur Milan. J’ai hâte de voir ce que la capitale de la mode Italienne pourra m’apporter.

Tu es tatoué notamment sur le torse et le bras, quand as-tu commencé à te faire tatouer?

J’ai commencé il y a 5 ans. Je me suis fait tatoué sur les poignets « Stay True » qui est une des devise du mouvement « straight edge ». En quelques mots, ça signifie « reste vrai, reste toi-même ». J’en ai peut-être pas l’air mais je viens de ce milieu hardcore, punk rock.

Ensuite, j’ai rapidement enclenché avec la chouette sur le torse. C’est une grosse pièce qui me tenait tout particulièrement à coeur et qui m’a été tatouée par Lionel Biz. Souvent, on me demande sa signification et je reste très discret à ce sujet. C’est un tatouage très personnel…

Mais tu vas nous le dire à nous?

Ça peux paraître paradoxal mais je reste très pudique par rapport à tout ça. D’accord, sur les photos on ne voit que mes tatouages mais dans la vie de tous les jours je ne les exhibe pas forcément.

Pour revenir à la signification de ce tatouage, je vais faire une exception pour toi. La chouette symbolise la pureté et la sagesse. On m’a souvent dit aussi que j’avais un coeur de pierre. Et ce tatouage représente la chouette qui, d’un côté tient dans son bec une clé, et dans ses griffes un coeur de pierre qui s’ouvre. Finalement ce dessin représente mon idéal féminin qui fera exploser mon coeur de pierre. Cet idéal, aujourd’hui, je l’ai trouvé…

Et pour ton bras? Tu es là parti sur le tatouage d’inspiration asiatique.

En effet, j’aime beaucoup le tatouage japonais. J’ai opté pour le koï qui est le symbole de persévérance et de calme. Ça fait vraiment parti de mes traits de caractère et des valeurs qui me tiennent à coeur. Le lotus est une fleur qui s’épanouit et fleurit dans les eaux troubles des étangs. Elle symbolise donc la beauté au delà de son univers au premier abord peu accueillant. C’est directement lié à mon enfance qui n’a pas toujours été facile. Les fleurs du cerisier, c’est pour leur signification liée au renouvellement. 

Est-ce que ça été un avantage pour toi d’être tatoué en tant que mannequin?

C’est clair que je ressents fortement l’intérêt des photographes et des personnes du métier pour mes tattoos. Dans un sens, je pense que cela m’a permis de faire plus de shooting rapidement. Je suis conscient que je suis dans la case « tendance » du moment : barbe, tattoo, belle gueule… Ceci dit, j’hésite vraiment à garder la barbe.

Est-ce que tu as certaines limites au niveau tatouage?

Non, je ne pense pas. Pour moi, le plus important c’est la signification de mes tatouages. Je me ferais jamais tatoué uniquement pour le côté esthétique. Et puis, je veux me laisser le temps de me faire tatouer, le temps de raconter mes histoires au fil de ma vie, au fil de mes tatouages.

Quel est ton actualité?

Prendre un peu de vacances! Je voudrais un peu profiter, prendre du bon temps avant mon départ prévu pour l’Italie. Il est nécessaire de se reposer aussi!

Suivez l’actualité de Samuel Lhermillier sur Facebook et Instagram.

Shooting exclusif pour SKINKED. Photographies par Antonio EUGENIO.

Samuel_Lhermillier_1_tattoo

Samuel_Lhermillier_2_tattooSamuel_Lhermillier_3_tattoo