Fille de la nuit, modèle aux multiples personnalités, Laura Law se définit elle-même comme une fille aux 1001 facettes. Méfiez-vous de son regard bleu océan et de sa chevelure or, Laura n’est pas la fille qu’on pourrait croire. Sous ses apparences douces et fragiles se cache une fille de caractère qui n’a pas froid aux yeux.  Rencontre avec cette personnalité hors du commun.

Serveuse dans la boîte de nuit parisienne le Titty Twister (qui tire son nom et son concept du bar déjanté présent dans le film de Tarantino, « une Nuit en Enfer »), c’est à l’âge de 18 ans que Laura se fait repérer. Rapidement, elle signe en agence et débute sa carrière de mannequin. A l’époque, la jeune femme n’est pas encore tatouée et toutes les portes lui sont grandes ouvertes. Mais dès ces premiers tatouages, la donne devient différente. Alors que dans l’univers masculin du mannequinat, le tatouage a tendance à être un facteur gagnant pour être sur tous les fronts, il semblerait que pour la gente féminine, cela ne soit pas encore le cas. Laura voit petit à petit certaines portes se refermer derrière elle. « Mais au final, c’était un mal pour un bien. Ca m’a permis de me concentrer sur une clientèle qui correspond mieux à ma personnalité et à mes envies! nous confie-t-elle ». C’est de la sorte que la jeune femme pourra désormais se vanter d’avoir défiler pour la célèbre marque Diesel.

Ado, Laura est fort influencée par l’univers rock et se prend à admirer cet univers où se mêle musique, looks alternatifs et tatouages. C’est progressivement que Laura se décide à se faire tatouer, de petites pièces pour commencer et ensuite tout son bras gauche réalisé par Ripley, tatoueuse Marseillaise. Symbolisant les étapes importantes de son histoire, on retrouve dans ce tatouages des références qui vont de Tank Girl à Alice aux Pays des Merveilles. Des opposés qui lui correspond pourtant si bien. Sur le bras droit, on peux admirer un très beau tatouage graphique et linéaire aux influences amérindiennes. « Je me suis fais tatoué les mains, pourtant il y a certaines parties de mon corps auquel je ne toucherais pas comme le dos et les jambes. Je ne suis vraiment pas fan des tatouages sur ces zones ». Sur les doigts de notre Alice aux milles facettes, il y a de nouveau des symboles amérindiens alors que sur la paume ce sont des symboles de la chiromancie, l’art de lire les lignes de la main.

Parce que qui sait, peut-être qu’un jour la jeune femme nous dévoilera une autre de ses facettes et nous prédira l’avenir sur les lignes de la main.

Retrouvez toute l’actu de Laura Law sur sa page Facebook.

Shooting exclusif pour SKINKED. Photographies par Antonio EUGENIO.

Laura_Heckel_tattoo_1Laura_Heckel_tattoo_3