C’est souvent le doute et la peur lors d’un passage au salon de tatouage, même si il ne s’agit que d’un bref moment. Parfois, les tattoos se font « home-made » lors d’une soirée bien arrosée entre amis… Résultat pas toujours garanti.
C’est en partant de ces deux situations que l’artiste Linnéa Sjöberg a réalisé un projet artistique basé sur l’expérimentation social, l’art de la performance et le tatouage. Durant plus d’un an, elle a voyagé partout en Suède et en Europe avec sa machine à tatouer. Dans un article publié dans le magazine britannique « Dazed and Confused », l’artiste explique vouloir immortaliser cet instant clé où l’on passe à l’action avant même de réfléchir. Ce moment où l’on nie la raison et où l’on donne donne son corps complètement libre à l’acte du tatouage.

De cette expérience artistique est né un livre publié chez Nilleditions où l’artiste partage 346 pages de photos de sessions-tattoos faits à la mains dans le plus grand des chaos dont celles que l’on vous présente en début d’article.

This is often the doubt and fear during a visit to the tattoo parlor,even if just for a brief moment. Sometimes « home-made » tattoos are done during a drunken night out with friends … Result not always successful.
It is from these two situations the artist Linnea Sjöberg has made an art project based on social experimentation, art performance and tattoo. For over a year, she traveled around Sweden and Europe with her tattoo machine. In an article published in the British magazine « Dazed and Confused », the artist explains that she wanted to capture this key moment which consist to act before thinking. This time where we deny reason and where we gives our body completely free to the act of tattooing.

From this artistic experience is born a book published by Nilleditions where the artist shared 346 pages of photo home-made tattoos in the greatest chaos.